C’est suite à la sanction affligée par les autorités policières via une déclaration faite par la direction de la police nationale le 04 août 2020 contre ce secteur, que l’Association Guinéenne des Tenanciers de bars et lieux de loisirs a réagi sur  cette fermeture, ce vendredi 07 août 2020, à la maison de la presse sise à Kipé. Elle demande à l’Etat guinéen de rouvrir ces lieux pour permettre à leur salarié d’être en activité afin  de subvenir à leur besoin, car s’estiment-ils, entrepreneurs et employeurs d’un secteur pourvoyeur de l’emplois en Guinée, comme les autres.    

Au cours de leur conférence, ces derniers, ont déploré les violences faites contre leur confrère par les agents des forces de l’ordre. Pour eux, certains parmi beaucoup d’entre ces agents, méconnaissent le contenu du décret lu par le président de la République, qui ne mentionne pas que certains lieux susceptibles d’être fermés, à l’image des restaurants qui récemment ont été visités par certains agents des forces de l’ordre.  

L’AGT, demande une réouverture des lieux de loisirs, tout en mettant des règles capables de stopper la propagation de la pandémie du Covid19 en Guinée, pour leur permettre, de reprendre leur activité génératrice de revenu. Très remonté le président de cette structure, a répondu à la déclaration de la police nationale : « Nous ne sommes pas des vagabonds mais chefs d’entreprises », s’est insurgé N’valy SACKO, dans sa déclaration, faisant suite à celle de la police, tenue le 04 août dernier.

Ces tenanciers ont lancé un appel à l’endroit des autorités compétentes pour la sensibilisation du décret présidentiel concernant la fermeture de ces lieux.  Tout en implorant le Chef de l’Etat en ces termes :

« Ce que nous demandons aux autorités en place, c’est la connaissance, qui sommes entrepreneurs. Nous demandons au président de la République de pardonner les tenanciers qui ont été arrêtés lors de la descente musclée de la police dans les différents lieux », a indiqué N’valy SACKO,  président de ladite association.

Selon les mêmes auteurs,  les activités de leur structure génèrent plus de 15.000 emplois directs en Guinée, et le respect de paie de taxes et impôts est effectif, à l’endroit de l’Etat guinéen. Ce qui au regard de beaucoup, méritent un traitement juste à l’égard des autorités du pays, comme les entrepreneurs des autres secteurs d’activités génératrices de revenu.

BERETE O. Jack

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =